Les sites de nos principales marques

Arkema monde

Au quotidien nous agissons pour diminuer notre consommation des ressources telles que l’énergie ou l’eau en mettant en place des programmes ambitieux et réduire les émissions liées à notre activité. Nous développons l’utilisation de ressources renouvelables et favorisons l’économie circulaire afin de préserver les ressources naturelles non renouvelables et protégeons la biodiversité en limitant nos rejets dans l’air, l’eau et le sol.

Cette approche s’accompagne d’objectifs ambitieux en vue de réduire d’ici 2030 la consommation d’énergie, les émissions dans l’air (gaz à effet de serre et composés organiques volatils) ainsi que les émissions dans l’eau (demande chimique en oxygène).

Réduire nos émissions de gaz à effet de serre sur l’ensemble de notre chaîne de valeur

Face à l’urgence climatique, la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) est désormais un enjeu vital. En ligne avec les attentes de l’Accord de Paris qui vise à contenir le réchauffement climatique à la fin du siècle à 1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels, Arkema renforce en juillet 2022 son plan Climat et se fixe un nouvel objectif plus ambitieux, établi selon une approche SBT (Science Based Target), de réduire de 46 % ses émissions de GES de scopes 1 et 2 en incluant désormais les émissions de l’ensemble du scope 3 à l’horizon 2030 par rapport à 2019. 

Objectif :

- 46 % d’émissions de gaz à effet de serre entre 2019 et 2030

pour les scopes 1 +2 et pour le scope 3

En 2019, les émissions de scopes 1 et 2 représentaient 3,7 millions de tonnes équivalent CO2. En 2021, ils représentaient 2,9 millions, soit une baisse de 23%. Notre objectif 2030 à court terme 1,5 degré SBT est de 2 millions de tonnes, soit une réduction de 46% par rapport à 2019.

Emissions directes (scope 1) générées par les opérations et procédés de production sur nos usines ; et émissions indirectes (scope 2) générées par l'électricité et vapeur achetés pour nos usines.

En 2019, les émissions de scope 3 représentait 158 millions de tonnes équivalent CO2. En 2021, ils représentaient 99 millions, soit une baisse de 37%. Notre objectif 2030 à court terme 1,5 degré SBT est de 85 millions de tonnes, soit une réduction de 46% par rapport à 2019.

Le scope 3 regroupe les activités amont et aval (achats de matières premières, de bien et services, la transformation, utilisation et traitement en fin de vie de nos produits, etc.).

Arkema est engagé depuis de nombreuses années dans la réduction de son empreinte carbone, à travers l’amélioration constante de ses procédés de production et une politique déterminée d’optimisation de l’efficacité énergétique.

Concrètement le plan climat est mis en œuvre avec chacune des lignes d’activité et les sites industriels. Le programme mondial Arkema Energy adopté en 2013, fait partie des leviers essentiels. L’efficacité énergétique de nos activités industrielles a déjà progressé de 15 % par rapport à 2012 et le Groupe vise à porter ce gain à 25 % en 2030.

Arkema Energy

Le projet Arkema Energy vise à améliorer l’efficacité énergétique du Groupe. Il consiste, par une démarche structurée et homogène sur l’ensemble du périmètre industriel, à mettre en place une culture de sobriété énergétique à tous les niveaux de l’entreprise.

Entre 2014 et 2020, les projets Arkema Energy ont entrainé une baisse de consommation de 800 GWH dont 9 % sont liés à une baisse de consommation électrique et 91 % sont liés à une baisse de consommation de chaleur (gaz, vapeur). La réduction des émissions de GES correspondant est de 185 kt CO2 eq.

Décarboner notre énergie

Grâce à des engagements long terme d’achats d’électricité renouvelable et en travaillant avec ses partenaires à la réduction de l’empreinte carbone de la vapeur achetée, Arkema s’attache à accélérer la décarbonation de ses sources d’énergie. Pour notre propre production de vapeur, nous développons l’utilisation des combustibles alternatifs et l’électrification de nos chaudières.

L’atteinte de nos objectifs de réduction des émissions de GES s’appuie également sur une évolution vers des procédés de fabrication et des gammes de produits moins émissifs, ainsi que sur le renforcement de la captation et du traitement des émissions.

Enfin, nous accentuons la prise en compte du climat dans nos investissements, en fixant le prix interne du carbone à 100 euros par tonne de CO2.

Innovation et engagement des fournisseurs, moteurs de la décarbonation de la chaîne de valeur

Avec ce nouvel engagement sur une trajectoire 1,5°C sur l’ensemble de notre chaîne de valeur, Arkema entend également diminuer ses émissions de scope 3 de 46 % et ainsi atteindre 85 millions de tonnes équivalents CO2 en 2030 contre 158 millions de tonnes émises en 2019. Ces émissions prennent en compte la totalité des catégories du scope 3. Afin d’atteindre cet objectif, Arkema agit sur les composantes les plus émissives en amont comme en aval.

  • En amont, l’empreinte carbone des matières premières achetées constitue la catégorie la plus significative. Arkema poursuit avec ses fournisseurs le dialogue en faveur du climat et les encourage à définir d’ici 2025 des objectifs SBT sur leurs scopes 1 et 2.
  • En aval, la réduction des activités dans les applications les plus émissives de gaz fluorés visés par le protocole de Kyoto et le développement de nouvelles générations (HFO) pour des activités à forte valeur ajoutée constituent des leviers majeurs dans la réduction du scope 3.

Nous nous appuyons également sur la force de notre innovation au service du développement durable, et notamment la plateforme d’innovation « Allègement et design des matériaux », pour faire évoluer notre offre de produits et de services vers des solutions contribuant à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Favoriser l’économie circulaire sur nos sites

Pour répondre à l’enjeu de la raréfaction des ressources naturelles et d’aggravation de l’empreinte environnementale des activités humaines, Arkema développe l’économie circulaire afin notamment de valoriser les coproduits et d’assurer une bonne gestion des déchets.

Optimisation des ressources

La réduction des impacts environnementaux de nos sites industriels s’appuie sur une politique de gestion des ressources et consiste notamment à optimiser le recours aux matières premières, à l’énergie ou aux ressources naturelles comme l’eau. Ainsi, dès leur conception, les nouvelles unités de fabrication intègrent l’empreinte environnementale dans le choix des procédés et des équipements. De même, nous portons une attention particulière aux conditions opératoires de nos fabrications et réalisons régulièrement divers investissements de développement et de maintien, afin d’optimiser la consommation d’eau, de ressources énergétiques et de matières premières de nos sites.

Valorisation des co-produits

La production de nos produits principaux génère parfois des co-produits pouvant être valorisés par d’autres secteurs d’activité.

Par exemple, les co-produits obtenus lors de la transformation de l’huile de ricin en acide amino undécanoïque à l’usine de Marseille (France) sont valorisés à travers la gamme Oleris® dont l’origine biosourcée est plébiscitée.

Gestion des déchets

Arkema favorise la préservation de l'environnement en réduisant sa quantité de déchets produits et leur valorisation matière ou énergie.

  • En Chine, sur le site de Hengshui, des co-produits similaires ainsi
    qu’un flux d’acide sulfurique résiduaire converti en sulfate de
    sodium cristallisé représentent un total de 69 000 tonnes 
    commercialisées en 2021.
  • Sur le site de Lacq en France, le désulfogypse issu de l’installation de traitement des résidus soufrés est valorisé en tant que matière pour la fabrication de plaques de plâtre en cimenterie. En 2021, 12 500 tonnes ont été valorisées, évitant ainsi leur envoi en décharge.

Optimiser la gestion de l’eau

Afin de préserver nos ressources en eau, nous mettons en place des mesures afin à limiter notre consommation ainsi que nos émissions. L’eau est essentielle tout au long du parcours de production, que ce soit pour le refroidissement des installations ou encore pour la production de vapeur. C’est pourquoi nous nous devons d’en faire une consommation responsable.

Consommation d’eau 

Arkema contribue à un meilleur accès à l’eau pour tous et fait aussi évoluer ses pratiques de production pour consommer moins d’eau, avec :

  • des dispositifs de réduction de consommation (installation de débitmètres, réduction des fuites, recyclage d'eaux issues de lavages ou de condensats de chaudières …) ; et
  • des réseaux de refroidissement en circuit fermé.

Emissions dans l’eau 

En termes environnementaux, réduire ses émissions dans l’eau fait partie des principaux objectifs d’Arkema. Nous attachons une importance particulière à la problématique des effluents pouvant présenter une forte demande chimique en oxygène (DCO) et aux rejets de matières en suspension (MES).

Arkema réduit ses rejets d’effluents à forte DCO et de MES :

  • par l’implantation de ses unités sur des plateformes interentreprises équipées de stations de traitement ;
  • par la mise en place de stations de traitement physico-chimique et/ou biologique des effluents sur ses sites isolés ; et
  • par l’optimisation du fonctionnement des stations de traitements d’effluents.

Optim’O

Lancée en 2016, le programme Optim’O comprend l’ensemble des activités de gestion de l’eau du Groupe, en particulier en matière de réduction des consommations, de recyclage, de réduction de la DCO et de scénarii de stress hydrique.

Ainsi, Optim’O a pour objectif d’ici 2030 de baisser la demande Chimique en Oxygène (DCO) des rejets de 60 % en intensité par rapport à 2012.

 

Optimo_jpg_717780330.jpg

Préserver la biodiversité

Arkema est attaché à la protection de la biodiversité et contribue à préserver la faune et la flore par la réduction des rejets de chaque site dans l’air, l’eau et le sol. 

Emissions dans l’air, l’eau et les sols

Arkema cherche à protéger la faune et la flore des impacts liés à ses activités. Ainsi, au quotidien nous travaillons à la réduction des émissions dans l’air, l’eau et des impacts sur les sols et sous-sols de chaque site. Ainsi, nous réduisons la demande chimique en oxygène (DCO) dans les eaux rejetées dans les rivières afin d’y préserver l’oxygène gazeux dissous indispensable à toute vie aquatique animale et limitons les émissions de composés organiques volatils (COV) émis dans l’air et les émissions de gaz à effet de serre (GES).

Ainsi, nous nous sommes fixé pour objectifs à 2030 de :

  • réduire de 65 % nos émissions de COV (vs 2012)
  • réduire de 38 % nos émissions de GES (vs 2015)
  • réduire de 60 % notre DCO (vs 2012)

EFPI DCO FR 2020.jpg

EFPI COV FR 2020.jpg

En 2020, la poursuite du travail de remise à jour du plan de gestion des solvants du site de Genay (France) a permis une meilleure évaluation des rejets COV, soit une baisse de plus de 90 % de ses émissions.

Engagés avec Act4nature

Engagé de longue date dans la réduction de l’empreinte environnementale de ses productions, Arkema agit pour la protection de la biodiversité et contribue à préserver la faune et la flore par la réduction des rejets de ses sites industriels dans l’air, l’eau et le sol.

En 2021, convaincu de l’importance et de l’urgence de la prise en compte de la biodiversité, Arkema a renforcé ses initiatives en sa faveur en annonçant ses engagements avec Act4nature International sur son périmètre mondial.

En savoir plus

Le Groupe réduit ainsi ses émissions de COV :

  • par la collecte et le traitement des effluents qui en contiennent (la technique la plus utilisée repose sur l’installation d’un oxydateur thermique ou encore le lavage d'évents) ; et
  • par des campagnes régulières de recherche de COV fugitifs et la suppression des émissions identifiées.

Réduction de COV sur le site de Marseille (France)

En 2020, le démarrage d’une nouvelle installation de traitement est venu compléter le dispositif existant et a permis la réduction de 17 % des émissions de COV du site de Marseille.

Haut