Tous les sites web

La durabilité et la recyclabilité sont aujourd'hui les préoccupations majeures, les moteurs d'innovation des professionnels de la voile. Le marché de la plaisance dispose d'une flotte de voiliers dont les coques et les mâts ne sont pas actuellement recyclables. Sponsor d'un trimaran Multi 50, Arkema s'engage depuis des années pour proposer aux constructeurs de voiliers des matériaux recyclables ultra innovants. Nos ingénieurs travaillent en étroite collaboration avec l'équipe du skipper Lalou Roucayrol dans l'objectif d'analyser les performance d'un voilier réalisé à base de résine pour composites thermoplastiques Elium®. Nous avons interviewé le skipper pour connaître son ressenti sur cet incroyable voilier recyclable.

Le skipper Lalou Roucayrol et son écurie Lalou Multi sont impliqués dans l’aventure de la résine Elium® depuis ses débuts. À travers la réalisation du prototype Arkema 3, un monocoque dont la coque et le pont étaient entièrement en Elium® et le nouveau Ocean Fifty Arkema 4, véritable laboratoire flottant qui a fait appel aussi aux atouts de cette résine, il nous livre son regard d’expert sur un matériau susceptible de révolutionner le nautisme.

« Au sein de la Team Lalou Multi, nous travaillons avec les ingénieurs d’Arkema du Groupement de Recherche de Lacq. Ils nous aident à concevoir, fabriquer et améliorer nos modèles de bateaux de course. Notre collaboration s’étend au-delà du sponsoring de l’écurie, et c’est un privilège en tant qu’armateur et skipper professionnel de pouvoir interagir sur les matériaux avec les personnes qui les élaborent. C’est dans ce cadre que nous avons testé la résine Elium® depuis 2014, début de sa production. En six ans, nous avons clairement identifié des perspectives très intéressantes de l’emploi de ce matériau dans le nautisme.

Construire un voilier en composite thermoplastique recyclable est une première mondiale."

Tout a commencé avec l’Arkema 3, un mini-6.50 construit en 20 16 en vue d’une transatlantique. Hors mât et appendices de type quille, safran et foils, tout le bateau a intégré la résine Elium®, notamment la coque et le pont. Il s’agissait là du tout premier prototype de voilier réalisé dans ce matériau, et les enjeux étaient de taille : les pièces allaient-elles être aussi solides que les composites en résines thermodures qui constituent le marché actuel ? Les performances de navigation seraient-elles équivalentes ? Un rendez-vous en terre inconnue d’autant plus excitant que la résine Elium® promettait d’apporter une nouveauté par rapport aux thermodures, – époxy, polyester, vinyl ester –, à savoir la recyclabilité.

Car il faut imaginer ce que représente la fin de vie des flottes de bateaux en composites thermodurs : non-recyclables, ils finissent broyés, enfouis ou valorisés sous forme de combustibles solides de récupération. Bonne nouvelle, nos nombreux essais se sont révélés concluants. Arkema 3 a montré des performances méca- niques équivalentes à celles de nos modèles en époxy, le haut de gamme des résines thermodures. La résine Elium® apporte même un léger avantage au bateau : elle accepte un peu plus de déformation par rapport à l’impact – vagues, bout de bois...– pour revenir à sa forme initiale sans perdre en qualité mécanique en matière de restitution de l’énergie. Une fois le volet des performances établi, vient l’aspect fin de vie du bateau, et la résine Elium® apparaît comme révolutionnaire dans le secteur du nautisme de plaisance, et même des bateaux de transports.

ARK_0022724_BD.jpg

Forts de ces résultats encourageants, nous avons conçu et fabriqué Arkema 4, un autre prototype de trimaran intégrant la résine Elium® . L’objectif était de démontrer au marché que la technologie était viable de A à Z et la recyclabilité exceptionnelle et unique de cette résine. Ainsi, nous avons réalisé 30 % des pièces en résine Elium® recyclée. Les moules de bras par exemple ont été réalisés en composites à base d’Elium® . Ils ont été découpés, puis broyés avant les phases de dépolymérisation et de purification qui ont permis de récupérer le monomère. Ce dernier a servi à la formulation d’une nouvelle résine Elium® dite « recyclée » mais aux propriétés inchangées. La résine régénérée a été introduite dans le process de construction pour la réalisation de nouvelles pièces composites. C’est le cas du cockpit ou rouf* ainsi qu’une partie du carénage avant de bras, des zones où la résistance à l’impact sont précieuses, qui ont été réalisés à base de résine recyclée.
*Toutes les parties sises au-dessus de la coque (pont, passerelle, poste de pilotage...)

Produire de façon raisonnée des voiliers de course sans sacrifer les performances connues".

Une première mondiale réalisée fin 2020 et un véritable déclic. Désormais, l’utilisation de ce matériau dans la plaisance démarre, mais on peut également envisager son usage pour des bateaux d’exploitation, type cargos à voile, qui gagneraient en légèreté avec une coque en aluminium et une super-structure** en composite Elium®. Les perspectives sont donc très encourageantes pour notre industrie qui, une fois acclimatée à l’usage de cette nouvelle résine, pourra se lancer dans une production raisonnée. »

** Superstructure sur le pont d'un navire qui correspond au “toit” de la cabine

Voir aussi

Tous les articles
  • Article expertise

Fabrication additive : 5 exemples d'applications industrielles 

5 août 2019
  • Article expertise

Arkema mise sur une offre unique de composites tapes thermoplastiques 

1 mars 2019
  • Article expertise

Le partage de la donnée au cœur de la démocratisation de l’impression 3D 

25 juil. 2019
Haut