Toit blanc réfléchissant d'un supermarché
Décryptage

Economiser 30 % en coûts de climatisation grâce aux cool roofs

Alors que 2019 enregistre des records de chaleur, le cool roofing s’impose comme une solution efficace et économique pour faire baisser la température des bâtiments et les coûts liés à la climatisation. Le principe est simple : un revêtement de toit blanc qui réfléchit les rayons solaires en période de fort ensoleillement. Le parc de constructions capables d’être converties au cool roofing s’avère considérable.

Chantier de la société Cool Roof France

Les maisons badigeonnées de blanc exaltent l’éclatante beauté des Cyclades en Grèce. La chaux blanche n’est pas là par hasard. Son but : réfléchir les rayons UV du soleil et rafraîchir l'intérieur des habitations. « Chacun sait qu’une couleur claire absorbe moins la chaleur qu’un ton sombre, convient Antoine Horellou. Nous n’avons rien inventé ! L’idée, poursuit le PDG de la société Cool Roof France, est d’atténuer le réchauffement du toit d’un bâtiment grâce à la réflectivité de son revêtement. Il devient alors plus froid que l’air ambiant. D’où la notion de « cool roof », littéralement « toiture fraîche ». La baisse des besoins en climatisation qui en découle peut atteindre 30 % de la facture énergétique. Et pour les espaces non climatisés, on améliore à coup sûr le confort intérieur. » La solution est si efficace que le Groupe d'Experts Intergouvernemental pour le Climat la juge comme « une des plus rapides et moins coûteuses d’adaptation au changement climatique ». Le GIEC a ainsi calculé que le fait de « peindre les toits en blanc permettrait d’économiser 1Gt/an d’émissions de gaz à effet de serre, soit l’équivalent de 250 millions de véhicules à l’échelle mondiale » ! Il y a urgence. 2019 s’annonce comme l’une des années les plus chaudes jamais mesurées. Paris a connu cet été des records de chaleur inédits avec 42,6°C enregistré le 25 juillet.

Les États-Unis précurseurs des cool roofs

La technologie cool roofing avec le Kynar Aquatec®

Ce concept est déjà très répandu aux États-Unis. C’est là qu’est né notamment le « Cool Roof Rating Council » en 1998. Cet organisme à but non lucratif vise à mettre en œuvre et à communiquer un système précis d'évaluation de la performance énergétique radiative des surfaces de toits, en plus de soutenir la recherche. New York possède déjà plus de 850 000 m² de toits peints en blanc. Le fruit d’une campagne menée dès 2010 par son ex-maire, Michael Bloomberg, très investi dans la bataille contre le réchauffement climatique. Il faut dire que Big Apple connaît régulièrement des blackouts provoqués par la surutilisation des climatisations. Résultat, les pics de 80°C mesurés à la surface des toits standards ont baissé de moitié aux heures les plus chaudes de l’été grâce aux toits peints en blanc, réduisant les températures de 20°C dans les bâtiments !

 

Depuis 5 ans, partout en Europe, France en tête, les chantiers se multiplient dans des zones géographiques diversement ensoleillées sur des bâtiments publics, des grandes surfaces commerciales, des entrepôts, etc. La ville de Paris, dans son nouveau Plan Climat Air Énergie, entend même « réinventer ses bâtiments et ses toits pour s’adapter aux canicules ». Observant que les toitures parisiennes adoptent des étanchéités conventionnelles sombres (zinc, bitume) qui emmagasinent de la chaleur transmise à la fois dans le bâtiment et alentour, les autorités préconisent de peindre les toits avec une peinture aux propriétés réfléchissantes pour contribuer à réduire l'effet d'ICU (îlot de chaleur urbain).

Des toits blancs qui apportent des bénéfices spectaculaires

Toit réfléchissant sur une péniche

En France, l’entreprise Cool Roof a vu le jour en 2015 à l’initiative de trois entrepreneurs convaincus de l’efficacité de cette technique après avoir soigneusement observé l’exemple new-yorkais. La même année, la start-up bretonne signe son premier chantier à Quimper, en couvrant les 7 000 m² d’un centre Leclerc. « Notre client souhaitait réduire la consommation d'énergie, de climatisation notamment, et limiter la chaleur dans l’hypermarché. Les data récoltées ont indiqué une réduction de 15 % des consommations énergétiques du bâtiment, soit près de 4 tonnes de C02 équivalent par an et une économie d’énergie annuelle de 20 000 €. Autres bénéfices, une diminution du coût de la maintenance et une prolongation de la durée de vie des toitures. » Une cinquantaine de clients ont depuis fait appel à l’entreprise : le Centre commercial Boulanger à Amiens, le terminal 2G de l'Aéroport Paris-Roissy Charles de Gaulle, le bâtiment des Pompiers de Paris à Villeneuve-Saint-Georges, le gymnase Berlemont ou encore la péniche-hôpital Adamant également à Paris…

En 2018, Cool Roof France a réalisé le plus grand toit réfléchissant de l’hexagone au Géant Casino de Valence-Sud avec 18 000 m² peints en blancs. Là encore les résultats sont frappants : l’hypermarché a enregistré jusqu’à 36°C de moins sur la toiture après traitement, et une diminution de 12 % sur la facture énergétique globale ! Fort de ce succès, le groupe Casino a lancé une consultation pour déployer le cool roofing sur d’autres bâtiments souffrant de problèmes d’hyperthermie.

Un toit blanc en remplacement de la climatisation

Le cool roofing peut être aussi envisagé pour éviter d’investir dans une climatisation coûteuse. Ainsi, une autre société fournisseur de peintures cool roof, Aximum, filiale du groupe Colas, a réalisé un chantier dans l’Oise sur un site de R&D de Bostik, fabricant de colles et adhésifs.Comme l’explique Jean-Baptiste Izart chez Aximum, « ce revêtement réfléchissant appliqué sur 1 000 m² limite l'impact du rayonnement solaire sur les locaux et améliore le confort thermique en été, d’autant que nous sommes sur un bâtiment non climatisé. Les premiers relevés ont montré des températures intérieures de 25°C en moyenne en août, avec des pics à plus de 30°C. L’été suivant, après l’application de la peinture blanche, nous n’avions quasiment plus aucune journée où la température intérieure dépassait les 25°C ! », conclut l’expert d’Aximum.

 

Autre exemple, à l’école Louis Blanc dans le 10e arrondissement de Paris où la société Cool Roof France a pu appliquer un toit blanc. Les relevés effectués ont permis de mesurer l’écart moyen de température intérieure entre une « salle de classe cool roof » et sa voisine conventionnelle. Résultat, moins 6°C d’écart et la suppression des heures d’inconfort en été (au-dessus de 28°C).

Une peinture blanche qui réfléchit 95 % des rayons solaires

Toit blanc réfléchissant en Kynar Aquatec®

La qualité du revêtement blanc demeure primordiale. Cool Roof France s’est ainsi appuyé sur l’expertise d’Arkema pour la mise au point de leur procédé d’application : une peinture blanche base aqueuse, fortement réflective, protégée d’une surcouche anti-UV et anti-moisissures à base de résine PVDF Kynar Aquatec®. Ce fluoropolymère très résistant développé par Arkema aux États-Unis a été largement utilisé notamment sur des bâtiments dans les États chauds, en Californie, Arizona ou Nevada. La surcouche en Kynar Aquatec®, imperméable, améliore considérablement l’efficacité du toit blanc et retarde sa rénovation. Résultat : une réflectivité du rayonnement solaire de 95 % - là où une peinture classique atteint 70 % - sur de nombreuses années.

Cool Roof France confirme : « cette formulation garantit une durabilité d’au moins 20 ans. La recommandation est d’un nettoyage par an, mais sur le toit du Leclerc de Quimper, le premier nettoyage n’a été nécessaire qu’au bout de trois ans ! »

Quel marché pour les cool roofs?

Les toits qui se prêtent au cool roofing ne manquent pas sur la surface du globe. « Rien qu’en France, les toitures commerciales plates représentent environ 5 millions de m², estime-t-on chez Cool Roof. La plupart ont plus de 10 ans, sont mal isolées et truffées de microfissures. Leur réfection en généralisant les cool roofs est de plus en plus préconisée par les maîtres d’ouvrage, architectes et bureaux d’études. C’est clairement un signe. Nous appelons d’ailleurs à la mise en place d’un grand plan cool roofing pour notamment référencer/faire certifier cette technique en France métropolitaine et Outre-mer ». L’évolution de la réglementation s’y prête si l’on regarde, par exemple, les objectifs du décret national tertiaire du 23 juillet 2019 obligeant toutes les surfaces supérieures ou égales à 1 000 m² à réaliser 40 % d’économies d’énergie d’ici 2030 par rapport à 2010.

Travailler sur l’intelligence énergétique

Application de la peinture pour cool roofing

L’entreprise brestoise s’appuie sur les données empiriques de ses clients afin d’éduquer ses prospects : « Pour démontrer que ça marche, nous avons instrumenté les toits à l’aide de capteurs thermiques et d’un contrôle des consommations de climatisation. » Il reste cependant encore des efforts de pédagogie à faire. « On prend trop souvent les choses à l’envers. Vous êtes à la plage et vous avez chaud, vous n’allez pas commencer par poser un climatiseur près de vous. Vous commencez par vous mettre à l’ombre ! Il en va de même dans le bâtiment. Il faut commencer par traiter la source de chaleur, en l’occurrence le rayonnement solaire. La climatisation est quasi systématiquement envisagée parce qu’on estime qu’elle a un impact direct plus important. Ce n’est pas forcément pertinent. Nous accompagnons nos clients sur les bilans énergétiques de leur bâtiment et voulons démontrer que le cool roofing contribue fortement à les améliorer. Nous travaillons sur l’intelligence énergétique ! ».

 
Contact

Vous cherchez une information technique ? Vous avez besoin d’un devis ? Vous souhaitez recevoir des informations sur un événement en particulier ?
Les équipes du groupe Arkema sont à votre disposition pour toute demande de renseignement.

 

Sélectionnez la thématique qui vous intéresse :