Les sites de nos principales marques

Arkema monde

fr
top

Entretien avec Quentin Vlamynck, skipper d’Arkema 4

Quel bilan tires-tu de ce dernier épisode du Pro Sailing Tour ?

C’était une superbe expérience au niveau de la navigation au large. Ce Final Rush était une grande première pour Arkema 4 et pour nous, de nous retrouver sur une longue épreuve de large en compétition. Nous avons très bien géré chaque segment du parcours, bien su maîtriser et réparer les petites avaries que l’on a rencontrées et, surtout, nous sommes vraiment très satisfaits du comportement du bateau

Les conditions en Méditerranée n’étaient pas évidentes à appréhender et très aléatoires. Nous avons d’ailleurs atteint notre vitesse maximale à 39 nœuds quelques heures après le départ de Toulon. Et, les allures de près convenant bien à Arkema 4, nous avons su prendre les bonnes décisions stratégiques.

Vous terminez 2ème de cette 1ère édition du Pro Sailing Tour. Votre objectif est-il rempli ?

Honnêtement, on ne pouvait pas espérer mieux ! Le bateau est rapide, fiable et la cohésion au sein de l’équipage est très forte. Dès le premier épisode de Brest en mai dernier, nous avons eu des objectifs de résultats qui ont payé. Nous avons accroché des victoires de manche, notamment sur le Défi 24h de La Rochelle. Nous avions un bon rythme et la préparation du bateau était rondement menée entre chaque épreuve. Et puis, la jeunesse de notre équipe a bénéficié d’un atout de poids : la grande expérience de Lalou.

arkema-4-brest.jpg

Arkema 4 au large de la Bretagne

Quelles sont les pistes d’amélioration ou d’optimisation du trimaran avant la Transat Jacques Vabre ?

Déjà, nous sommes rassurés sur l’ergonomie du bord. Sur Arkema 4, nous avons privilégié le confort pour l’équipage et ça se ressent. Nous avons tout de même quelques ajustements à travailler, notamment l’étanchéité du roof et l’amélioration du poste de barre… Ce sont des détails qui permettent parfois de faire la différence.

Peux-tu nous parler du niveau sportif dans la Classe des Ocean Fifty ?

Il y a du très haut-niveau ! Les équipages sont de plus en plus affutés et c’est sportivement très intéressant de régater au contact.

Cela promet une belle compétition sur la Transat Jacques Vabre mais dans des conditions bien différentes, car ce sera au large et en équipage réduit. La relation établie avec Lalou et la confiance que nous avons dans le bateau seront clairement des atouts !

arkema-4-canaries.jpg

Arkema 4 en navigation

Quel est votre programme dans les prochaines semaines ?

Nous allons prendre quelques jours de vacances avant d’attaquer le chantier pré-Transat Jacques Vabre. Nous remettrons le bateau à l’eau quelques jours avant son baptême, prévu à Bordeaux le 27 septembre prochain.

Nous allons également reprendre la préparation physique avec Lalou, avec un planning d’entraînement complet, pour être au top de notre forme au départ de la Transat !