Les sites de nos principales marques

Arkema monde

Quentin, comment s’est passé ce deuxième épisode ?

« Nous avons une nouvelle fois passé une excellente semaine, que ce soit sportivement ou humainement. Je suis vraiment content des équipages que l’on arrive à constituer, avec des navigants performants et désireux de partager leurs connaissances. C’est très instructif.

Au niveau sportif, la bataille est vraiment à un très haut-niveau. Nous naviguons sans cesse au contact des autres concurrents, ce qui génère une réelle intensité sur l’eau. Celui qui gagne est, en général, celui qui tire le plus sur son bateau.

J’ai peut-être été parfois trop sage, notamment sur les phases de départ, et nous aurions pu faire encore mieux en termes de résultats, mais je pense aux trois prochaines semaines, sur lesquelles nous allons enchaîner les navigations et je ne veux rien casser à bord. Mon objectif est avant tout de naviguer au maximum avant la Route du Rhum, tout en préservant le bateau. ».

Quels seraient les points à améliorer ?

« Avant tout, je retiens notre régularité. Nous faisons 6 podiums d’affilée et cette constance est la preuve que nous réussissons à élever notre niveau de jeu au même rythme que nos concurrents.

Je sais que je suis parfois trop prudent et que les conditions météo favorisent souvent ceux qui nous devancent. Je dois être un peu plus incisif sur les phases de départ car le résultat final se joue souvent sur les tout premiers milles.

Enfin, il faut que nous travaillions aussi sur notre timing de passage de marque. Trop souvent en avance sur la manœuvre cela nous fait perdre un peu de temps. Voilà globalement les axes de travail des prochains jours. »

Une anecdote à partager ?

« Les conditions de ce Défi 24 heures étaient vraiment intenses. Nous avions beaucoup de mer, dans des conditions assez humides.

Nous sommes bien protégés par le roof du trimaran Arkema et avons même réussi à dormir un peu mais quand tu navigues à 32 nœuds et que tu sors le nez de la casquette, tu prends conscience de la vitesse. Nous avons croisé quelques Mini 6.50 en convoyage qui craignaient qu’à cette vitesse nous les percutions ! »

Quel est le programme des prochains jours ?

« Nous enchaînons dès la semaine prochaine avec le 3e épisode qui se déroulera à Saint-Quay-Portrieux. Je partirai en faux-solo mardi, accompagné d’Éric Mas qui fera partie de ma cellule de routage sur la Route du Rhum. Ce convoyage d’environ 8 heures lui permettra de découvrir comment je navigue sur ce bateau.

Puis, nous aurons deux jours d’entraînement et la compétition reprendra dès le jeudi 30 juin. Après deux jours de régates côtières, le Défi 24h nous emmènera vers Cowes sur l’île de Wight. Ce sera encore sur un rythme très soutenu !

arkema-sailing-18.jpg

Je conserve la même base d’équipage que sur cet épisode de Brest, excepté César Dohy remplacé par Mayeul Riffet. Mayeul est un ancien co-skipper de Lalou Roucayrol. Excellent naviguant et technicien, il connaît les Ocean Fifty par cœur. Ce sera encore une belle opportunité d’apprendre avec un nouveau point de vue. »

L’équipage d’Arkema sur le 2ème épisode du Pro Sailing Tour

  • Quentin Vlamynck : skipper-barreur
  • Raphaël Lutard : piano
  • Pierre-Antoine Morvan : tacticien
  • César Dohy : règleur
     
  • Etienne Carra : règleur 
Haut