Les sites de nos principales marques

Arkema monde

fr
top

Nous étions totalement dans l’inconnu en arrivant à Brest. Depuis 8 mois, nous avons enchaîné les navigations et savions que le bateau était conforme à nos attentes, mais nous n’avions jamais régaté face à la concurrence, de surcroît dans ses conditions de vent. »

Quentin Vlamynck, jeune et prometteur skipper d’Arkema 4

Épisode 1 / Brest : engagé et solide !

Du 19 au 23 mai, les 6 Ocean Fifty se sont retrouvés à Brest pour le 1e épisode. « Nous étions totalement dans l’inconnu en arrivant à Brest. Depuis 8 mois, nous avons enchaîné les navigations et savions que le bateau était conforme à nos attentes, mais nous n’avions jamais régaté face à la concurrence, de surcroît dans ses conditions de vent. » confie le skipper Quentin Vlamynck.

« Nous sommes restés prudents et nous sommes vite rendus compte de notre potentiel de vitesse dans le vent fort. Le bateau est tout simplement génial ! Il manœuvre bien même quand la mer est formée et les différents réglages étaient bons dès le départ. » Outre les aspects techniques, c’est également la bonne cohésion au sein de l’équipage qui a permis à Arkema 4 d’accrocher ces résultats dès le 1e épisode. « Les manœuvres étaient très fluides à bord. Nous sommes habitués à naviguer ensemble depuis de nombreuses années et l’équipage connait la chorégraphie. C’est très satisfaisant d’être à la barre quand toutes les manœuvres passent comme il faut et que l’ambiance est bonne à bord. »

Épisode 2 / La Rochelle : calme et aléatoire…

Après une petite journée de repos à Brest, Arkema 4 a ensuite rapidement repris le large en direction de La Rochelle, où se déroulait du 27 au 30 mai le 2e épisode ! Avec des conditions radicalement opposées à celles de Brest, l’équipage d’Arkema 4 savait que la régate ne serait pas du tout la même.

« Nous avions en effet quelques inquiétudes quant au comportement du bateau dans le petit temps. Nous savons qu’il existe des écarts de poids entre les bateaux, ce qui peut faire parfois la différence dans le vent léger. Nous avons vite été rassurés en remportant le Défi 24 heures avec Lalou Roucayrol et César Dohy. Sur les deux jours de courses inshore, les conditions été vraiment très aléatoires et les parcours si courts que tout se jouait sur le premier bord… Ce n’était pas toujours évident mais nous n’avons jamais été décroché et arrivons à conserver la 2e place du général provisoire. C’est un excellent résultat pour nous si tôt dans le projet ! »

Teasing épisode 3 / Las Palmas

À la mi-juin, Quentin et Lalou prendront, en double, la direction des Canaries en vue de l’épisode 3 du Pro Sailing Tour, ayant pour objectif de se qualifier à la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre. Avec 3 semaines à terre, au Verdon-sur-Mer, le skipper compte mettre à profit ce temps pour améliorer encore quelques détails sur son trimaran : « Nous n’avons rien cassé sur ces deux premières épreuves et allons surtout fiabiliser certains systèmes et améliorer encore quelques réglages. J’en profiterai aussi pour faire un maximum de sport car le métier de barreur est bien moins physique que celui d’équipier en trimaran ! En résumé, nous avons beaucoup apprécié ces deux premières épreuves. L’atmosphère est très agréable entre les concurrents et le format du circuit très adapté au public et aux invités. C’est une entame réussie, à tous points de vue ! »

Avec 3 autres épisodes à suivre, entre les Canaries, Marseille et Brest, ce Pro Sailing Tour s’annonce comme une réelle réussite.

Classement général provisoire à l'issue de 2 épisodes :

1 - Leyton (Sam Goodchild) - 14 pts
2 - Arkema 4 (Quentin Vlamynck) - 11 pts
3 - Ciela Village (Erwan Le Roux) - 9 pts
4 - Primonial (Sébastien Rogues) - 8 pts
5 - Solidaires En Peloton - ARSEP (Thibaut Vauchel-Camus) - 6 pts
6 - Groupe GCA 1001 sourires (Gilles Lamiré) - 6 pts