Les sites de nos principales marques

Arkema monde

FR
top

logo-arkema-sailing-couleur.jpg

34,5 nœuds, premier record !

Mis à l’eau le 23 septembre dernier au pied du chantier Lalou Multi où il a pris forme et vie, le trimaran Arkema 4 tire, depuis, des bords à un rythme soutenu entre l’embouchure de la Gironde et le phare de Cordouan. Première satisfaction, le bateau est bien né : « Lorsqu’ on suit la construction d’un Multi50 au quotidien, on comprend vraiment que c’est un immense puzzle. Après les premiers contrôles d’usage et la validation des choix matériaux, nous avons passé toutes les manœuvres en revue », explique Quentin Vlamynck qui confie prendre possession de l’engin avec prudence. « En raison de nos choix aérodynamiques, tous les bouts circulent sous le pont : il est donc important de vérifier que rien ne bloque.. Les sensations sont très bonnes et le bateau se comporte bien. Il accélère vite, il ‘mouille’… C’est un vrai Multi50 ! Notre premier record de vitesse est de 34,5 nœuds dans l’estuaire ! » se réjouit le skipper.

Arkema 4 pendant l'une de ses sorties en mer.

Ces sorties ont également permis de faire naviguer de nombreuses parties prenantes de la construction du bateau : Maxime Paul et César Dohy de la voilerie Incidence, les ingénieurs de Madintec pour le pilote automatique, et bien sûr Nicolas Coudrais du Bureau d’étude ou encore l’architecte Romaric Neyhousser. « Tout le monde est enchanté du comportement du bateau et des choix faits collectivement. C’est une très belle réussite. »

Sparring partner

De retour au Verdon-sur-Mer pour son chantier d’hiver, après une saison sous les couleurs de Leyton, le Multi50 Lalou Multi (ex-Arkema 1) est un excellent partenaire d’entraînement pour Quentin et Lalou Roucayrol. Pendant trois jours la semaine dernière, les deux Multi50 ont enchainé les speed tests et les manœuvres afin de se confronter. « Ces navigations confirment la bonne base que nous avons entre les mains et sommes confiants dans le potentiel du bateau. Nous avons eu toutes les conditions nécessaires pour faire un vrai comparatif et cela nous permet d’avancer sur les polaires de vitesse d’Arkema 4. Il ne nous reste plus qu’à identifier de bonnes fenêtres météo pour partir sur des navigations plus au large, de longue durée. Cela me permettra d’appréhender au mieux la vie à bord ! »

Arkema 4 sera ensuite remis au sec à la fin du mois de janvier pour son premier chantier d’hiver avant d’attaquer ses premiers grands-prix officiels au printemps prochain !