X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies, nous permettant de proposer des services et des offres adaptés à vos centres d'intérêts et de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur les cookies

Up

Route du Rhum - Destination Guadeloupe 2018 : suivez Lalou Roucayrol sur le Multi50 Arkema

Retrouvez les actualités liées à la Route du Rhum - Destination Guadeloupe 2018, où a pris place Lalou Roucayrol, skipper du trimaran Multi50 Arkema.

28/11/18 :

Mission de sauvetage terminée pour le trimaran Arkema de Lalou Roucayrol !

 

Le trimaran Arkema est arrivé ce 27 novembre à Pointe-à-Pitre, tracté par le Lady Debbie de la société SOMARA, après la mission de sauvetage mise en place par le Team Arkema Lalou Multi.

 

Arrivé sur la zone de chavirage le mercredi 21 novembre dernier, soit 7 jours après son chavirage, Lalou Roucayrol eut l’incroyable surprise de retrouver son trimaran Arkema à l’endroit. Une sacrée dose d’incrédulité régnait, et règne encore, autour de cette situation. Jamais, dans l’histoire de la course au large, un trimaran chaviré de 3,5 tonnes n’était parvenu à se remettre à l’endroit, tout seul.

 

Après avoir préparé l’intégralité de leur équipement et mis en place la procédure pour embarquer sur son trimaran « blessé », Lalou et son boat captain Quentin Vlamynck sont montés à bord d’Arkema pour évaluer les dommages.

Laissé seul pendant 48 heures, le trimaran a finalement subi d’importantes avaries sur le flotteur bâbord, les foils, ainsi qu’une voie d’eau dans la coque centrale. Les deux hommes ont ainsi passé de nombreuses heures, dans l’eau, pour en pomper le maximum, procéder à quelques réparations de fortune, et enfin attacher le bateau pour le mettre en remorque.

 

Lalou Roucayrol, arrivé à Pointe-à-Pitre, livre son analyse de la situation :

 

Lalou, pouvez-vous revenir sur les circonstances du chavirage ?

« J’ai rencontré un grain un peu plus violent que les autres. J’ai lâché toutes les écoutes, le pilote a commencé à abattre, mais le bateau était déjà tellement haut que les safrans ont décroché. J’ai senti un coup de butoir sur le flotteur bâbord, comme un arrêt buffet, le bateau a continué à monter et j’ai chaviré. Je pense que c’est une conjugaison de circonstances qui a provoqué cet incident. »

 

La procédure mise en place, entre votre sauvetage et la récupération du bateau était très élaborée ?

« L’objectif de cette procédure était de me secourir, tout en allant rechercher le bateau le plus rapidement possible. Les deux transbordements, d’Arkema chaviré sur Olmix, puis sur le remorqueur, étaient vraiment difficiles à effectuer. La mer était formée et ce genre de mission de sauvetage n’est jamais sans risque. Je remercie infiniment Pierre Antoine pour ces deux jours passés à bord d’Olmix alors qu’il était en course et la Direction de Course de la Route du Rhum pour son professionnalisme. Je remercie également l’équipage du Lady Debbie de la société SOMARA qui a été super avec nous pendant cette semaine de remorquage. Je tiens également à remercier et féliciter Fabienne et toute l’équipe du Team Arkema Lalou Multi pour leur gestion de cette crise. Tous les messages de soutien des équipes d'Arkema me vont également droit au cœur. »

 

En arrivant sur la zone de chavirage le 21 novembre dernier, comment avez-vous réagi en constatant que votre trimaran était à l’endroit ?

« Je n’en suis pas revenu ! Je me demande toujours ce qu’il s’est passé pendant mes 5 jours d’absence… Après avoir préparé tout le matériel, nous sommes montés à bord du trimaran et avons constaté des avaries sur le bateau, dont de l’eau à bord de la coque centrale. On a beaucoup pompé et finalement, ça se remplissait autant que ça se vidait…. Nous avons eu la mauvaise surprise de découvrir un trou dans le fond de la coque centrale. Nous pouvons imaginer de nombreux scénarii sur ce qu’il s’est passé mais nous pouvons juste constater les dégâts aujourd’hui. »

 

Vous arrivez à Pointe-à-Pitre, quel va être votre programme des prochains jours ?

« Lady Debbie va nous larguer et nous seront rejoints par plusieurs semi-rigides. Cela devrait être fait avant la ligne d’arrivée de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe devant le Gosier. Nous allons tout de même essayer de la franchir, même si nous sommes hors-course. C’est un symbole.

Ensuite nous allons sortir le bateau de l’eau et le placer dans un chantier. Il sera expertisé par l’assureur. L’objectif est de réparer les avaries les plus importantes avant de le renvoyer, par cargo, en métropole. »

21/11/18 :

Le trimaran Arkema retrouvé À L’ENDROIT par le remorqueur Lady Debbie.

 

Ce mercredi 21 novembre 2018 restera marqué dans les annales du Team Arkema Lalou Multi et de la course au large. Victime d’un chavirage le 14 novembre dernier, le Multi50 Arkema de Lalou Roucayrol dérivait depuis 8 jours à plus de 1000 milles nautiques de la Guadeloupe.

 

Laissé seul depuis le 18 novembre, tandis que Lalou Roucayrol était secouru par Pierre Antoine (Olmix), le bateau a continué à dériver…

En revanche, quelques faits marquants ont rapidement inquiété l’équipe du Team Arkema Lalou Multi : 5 heures après le débarquement de Lalou sur le bateau Olmix, la balise de positionnement a soudainement cessé d’émettre, tandis que la balise de détresse (EPIRB) se déclenchait (pour rappel, ces deux balises sont activées ou désactivées manuellement, ou au contact de l’eau).

 

Les inconnues étaient nombreuses et personne ne savait vraiment ce que le remorqueur, avec Lalou Roucayrol et Quentin Vlamynck à bord, allait découvrir en arrivant sur zone ce mercredi 21 novembre.

 

Quelle ne fut pas leur surprise en s’approchant d’un trimaran totalement intègre et à l’endroit ! Oui, le bateau s’est tout simplement remis à l’endroit, tout seul.

 

Fabienne Roucayrol, Team Manager, livre quelques possibles explications à cette situation totalement inédite et inattendue  : « Dans la possible cause du chavirage, Lalou a expliqué qu’il y avait de l’eau dans le flotteur tribord de son bateau. Nous ne nous expliquons pas encore comment cette eau est entrée dans le flotteur, mais elle a dû continuer à le remplir alors que le bateau avait chaviré. Cela a certainement « coulé » lentement le flotteur, et avec l’aide du vent et d’une vague, le bateau a dû se retourner et se remettre à l’endroit. Lalou et Quentin n’en croient pas leurs yeux ! Nous remercions chaleureusement le Lady Debbie et la SOMARA, la Société Martiniquaise de Remorquage et d'Assistance ».

 

C’est en tous cas un excellente nouvelle pour eux, leur évitant la procédure lourde, compliquée et risquée, qu’ils envisageaient pour le remettre à l’endroit avant de le remorquer.

« Avec un semi-rigide, Lalou et Quentin vont passer à bord, et vider un maximum d’eau du bateau avec une pompe, afin d’éviter qu’il soit trop lourd en remorquage. Ils vont tout remettre en sécurité, poser les élingues et feront rapidement route vers Pointe-à-Pitre » conclut Fabienne Roucayrol.

Toute l’équipe Team Arkema Lalou Multi reste en vigilance jusqu’à l’arrivée du bateau en Guadeloupe. A 4 nœuds de moyenne, le temps estimatif du remorquage est de 9 - 12 jours, soit une arrivée prévue entre le 30 novembre et le 4 décembre.

 

 

19/11/18 :

Transbordement réussi de Lalou Roucayrol sur le remorqueur « Lady Debbie » !

À 18h (HF) ce dimanche 18 novembre, Lalou Roucayrol a quitté le bord du trimaran « Olmix » de Pierre Antoine, qui l’avait secouru il y a deux jours suite au chavirage du Multi50 Arkema.

 

Après une manœuvre périlleuse pour effectuer ce transfert entre les deux bateaux, Lalou Roucayrol est désormais embarqué sur le « Lady Debbie », un remorqueur de 35 mètres ayant quitté la Martinique il y a 48 heures, en compagnie de son boat-captain Quentin Vlamynck. Les deux hommes, accompagnés d’une équipe de plongeurs professionnels, font désormais route vers la zone du chavirage du Multi50 Arkema, pour tenter de récupérer le bateau. Avec 550 milles à parcourir, le remorqueur pourrait mettre un peu plus de trois jours pour arriver sur zone.

 

Lalou Roucayrol : « ça y est ! Je suis à bord. C’était chaud… j’ai dû me jeter à l’eau car la procédure de mise à l’eau du semi-rigide n’était pas possible à cause de l’état de la mer et du vent sur zone. Je suis à côté de Quentin. Pierre Antoine a été TOP. On fait route dès maintenant à 8 nœuds vers Arkema. »

 

 

16/11/18 :

Sauvetage réussi de Lalou Roucayrol ! Suite au chavirage de son trimaran Arkema sur la Route du Rhum – Destination Guadeloupe il y a 48 heures, Lalou Roucayrol a été secouru ce matin par Pierre Antoine (Olmix) qui s’était dérouté pour lui porter assistance. En tête de sa catégorie des Rhum Multi, Pierre Antoine a mis sa course entre parenthèses pour venir porter assistance au skipper d’Arkema. Le trimaran Olmix se dirige désormais vers Pointe à Pitre.

 

En parallèle, un remorqueur parti jeudi de Martinique se dirige désormais vers Olmix pour récupérer Lalou, qui accompagnera l’équipe pour la récupération de son trimaran retourné.

 

 

15/11/18 :

Suite au chavirage du trimaran Arkema de Lalou Roucayrol, le Team Arkema Lalou Multi, en étroite collaboration avec la Direction de Course de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe assisté du CROSS Gris-Nez, a organisé des opérations de secours du skipper et de son trimaran Arkema. 

 

Sur demande de la direction de course, Pierre Antoine à bord du trimaran Olmix (Rhum Multi) se déroute actuellement pour porter assistance à Lalou Roucayrol. Naviguant actuellement dans son Ouest à 250 milles nautiques du navire retourné, Pierre Antoine devrait être sur zone d’ici 24 heures pour récupérer le skipper d’Arkema. Cette assistance entre concurrents est la 3e dans l’histoire de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe, après celle de Ian Johnston par Olivier Moussy en 1982 puis celle de Karine Fauconnier par Bob Escoffier en 2002.

 

En parallèle, Quentin Vlamynck, boat captain du Multi50 Arkema, embarquera à bord d’un remorqueur qui quittera la Martinique ce jeudi 15 novembre. Dominic Vittet, routeur de Pierre Antoine, analyse actuellement une trajectoire pour que le remorqueur parte à la rencontre d’Olmix. L’objectif étant que Lalou embarque à l’aide d’un semi-rigide à bord du remorqueur, pour rejoindre l’équipe de sauvetage du Multi50 Arkema. Il faudra ensuite compter environ 2 jours de mer à l'équipe pour arriver sur zone. Cette procédure de transfert en mer est inédite dans l’histoire de la course au large.

 

 

14/11/18 :

Ce mercredi 14 novembre à 7h30 UTC, le Multi50 Arkema de Lalou Roucayrol a chaviré à environ 1000 milles de la Guadeloupe.

Le skipper a rapidement pris contact avec son équipe à terre pour leur annoncer le retournement de son trimaran dans un grain très violent.

Lalou va bien, en sécurité à l’intérieur du bateau et l’organisation des secours se met en place. Il dispose d’eau, de nourriture mais est limité en termes de communication avec l’extérieur.

 

Tout Arkema et ses salariés sont derrière Lalou dans ce moment très difficile, et l'ensemble du Team Arkema Lalou Multi est mobilisé pour lui venir en aide.

 

-- MISE À JOUR --

Lalou Roucayrol a donné des nouvelles rassurantes après le chavirage dont il a été victime à 7h30 TU ce mercredi matin.

Le skipper du Multi50 a attendu le lever du jour pour inspecter l’intégrité de son bateau retourné. A 11h (HF) il est sorti de la coque centrale où il était réfugié : le bateau est structurellement intact et Lalou a réussi à dégager le mât pour éviter qu’il casse et n’endommage le bateau.

 

Lalou a également procédé à l’inventaire de ses vivres : il lui reste 5 jours de nourriture et 10 jours d’eau. Côté énergie, il est limité à la recharge de son téléphone iridium.

 

Le Cross Gris Nez et la Direction de course ont dérouté un cargo ainsi qu’un des concurrents, Pierre Antoine dont le trimaran Olmix (Rhum Multi) est actuellement à 300 milles dans l’Est de Lalou.

Enfin, le boat captain, Quentin Vlamynck, s’envole en ce moment vers la Martinique pour mettre en place une procédure de remorquage.

 

« Depuis l’annonce du chavirage ce matin, les messages de soutien à Lalou et au Team affluent chez Arkema. Pour tous, l’essentiel est que Lalou soit sain et sauf. La solidarité est une des valeurs d’Arkema, plus que jamais le Groupe est derrière son skipper de cœur, dans cette épreuve », témoigne Gilles Galinier, Directeur de la communication d'Arkema.

 

 

13/11/18 :

Alors qu’Armel Tripon caracole en tête de la flottille des Multi50 et est attendu, selon les organisateurs, jeudi à Pointe à Pitre, derrière c’est la bagarre pour le podium entre Erwan Le Roux, Thibault Vauchel Camus et Lalou Roucayrol, auteur d’un superbe retour par l’Est avec une position la plus au Sud qui peut encore s’avérer payante, souhaitons-le. Ce trio compact n’est en effet séparé que par une trentaine de milles, soit un mouchoir de poche (Gilles Lamiré à la barre de La French Tech Rennes Saint-Malo navigue 60 milles derrière).

 

Lalou ne lâche rien. Lui qui a parcouru 381 milles au cours des dernières 24h à la barre du multicoque Arkema filant à l’allure vivifiante de 16 nœuds en moyenne, poussait à près de 20 nœuds au dernier pointage, autant dire que le Médocain exploite les alizés au maximum.

La lutte à couteaux tirés que se livre ce trio compact pourrait bien être pimentée sur ce finish indécis par les conditions météo. On annonce en effet des alizés de plus en plus instables, avec des grains. Il faudra être vigilant, surtout de nuit avec les voiles bien déployées et il va falloir enchaîner les empannages pour être en phase avec les bascules du vent.

 

 

12/11/18 :

À 9h ce lundi 12 novembre, après 7 jours et 20 heures de course, Armel Tripon, skipper de Réauté Chocolat, maintient le cap en tête de la course à 1340 milles de la ligne d’arrivée. Le Nantais a même consolidé son avance sur Thibault Vauchel Camus et son trimaran Solidaires en Peloton ARSEP, désormais portée à 271 milles.

En 3ème position, on retrouve Gilles Lamiré à la barre de La French Tech Rennes Saint-Malo. L’originaire de Lamballe accuse désormais un retard de 332 milles sur la tête de course, juste devant Erwan Le Roux et Fenêtréa Mix Buffet qui émarge à 356 milles d’Armel Tripon.

Lalou Roucayrol pointe lui en 5ème position à 413 milles du leader à qui il a repris 200 milles en trois jours. L’écart est bien sûr important mais Lalou ne lâche rien. Des 5 Multi50, c’est le sien qui a couvert le plus de milles durant les 24 dernières heures : 435 milles, soit 800 km ce qui traduit l’excellente marche du trimaran Arkema.

 

Lalou naviguait tout à l’heure à plus de 19 nœuds en suivant la route la plus au Sud de la flottille, prêt à profiter des plus beaux alizés. « Tant que l’on n’a pas franchi la ligne d’arrivée, il y a toujours un coup à jouer », déclarait le skipper très expérimenté hier lors de sa dernière vacation

 

La victoire de Francis Joyon en est le plus parfait exemple. Le skipper d’Idec Sport s’est imposé cette nuit au terme d’un final à couper le souffle. Il a coiffé l’ultime Macif de François Gabart sur le poteau après un tour de l’île de la Guadeloupe où les deux marins se sont livrés à un duel d’anthologie. C’est finalement Joyon qui a coupé la ligne d’arrivée le 1er à 23h20 heure locale, après 7 jours 14 h et 21 minutes de course (nouveau record). Gabart est arrivé 7 minutes et 8 secondes plus tard !

 

 

09/11/18 :

Un œil sur le classement provisoire des Multi50 dans cette 11e Route du Rhum : à 9h ce vendredi 9 novembre après 4 jours et 20 heures de course, Thibault Vauchel Camus, skipper de Solidaires en Peloton ARSEP, croisait toujours en tête de la flotte des Multi50. Le Malouin a même consolidé son avance sur Erwan Le Roux et son Fenetrea Mix-Buffet désormais portée à 178 milles.

Armel Tripon suit à 181 milles sur Réauté Chocolat. Il navigue de conserve avec les premiers monocoques IMOCA en bordure de l’anticyclone, entre Madère et Canaries dans un alizé en construction. 

En 4ème position, on retrouve Gilles Lamiré à la barre de La French Tech Rennes Saint-Malo. L’originaire de Cancale accuse désormais un retard de 189 milles sur la tête de course.

 

Lalou Roucayrol pointe lui en 5ème position à 600 milles du leader. Il remonte d’une place au classement tandis que Thierry Bouchard victime d’une avarie sur son Ciela Village doit faire escale à Lisbonne pour réparer.

Lalou quant à lui fait route plein Sud le long des côtes marocaines en tentant l'extérieur. Le Médocain file à bonne allure, 19 nœuds, dans une mer assagie qui ouvre l’appétit. Quoi de mieux que du boeuf de Saint-Vivien et de la Poutargue de l'île de Groix pour être au top ! « le bon Dieu en culotte de velours » comme dit Lalou !

 

 

 

08/11/18 :

Le skipper du Multi50 Arkema reparti hier matin tôt de Porto a dû hélas traverser ce que dans le jargon de la voile, on appelle une « pétole » c’est-à-dire une zone sans ou trop peu de vent pour avancer correctement.
Un vent orienté au Sud-Ouest soufflant à 4-5 nœuds seulement a donc obligé le skipper d’Arkema à tirer des bords pendant quelques heures, avant de récupérer davantage de vent au fur et à mesure de la nuit.

 

Lalou poursuit ainsi sa route plein Sud ce matin le long des côtes portugaises en augmentant son allure désormais, il naviguait à près de 17 nœuds tout à l’heure au large du cap Saint-Vincent, le point le plus au sud-ouest de l'Europe. Pour la suite, Lalou a évoqué « une option un peu radicale » qui l’amènerait à tenter « de contourner par le Sud » pour retrouver des alizés porteurs.

 

 

07/11/18 :

Lalou Roucayrol et Arkema sont de nouveau en course ! le skipper est reparti du port de Porto peu après 7h, heure française.


Un œil sur le classement provisoire à 10h, ce mercredi 7 novembre après 2 jours et 20 heures de course :

Thibault Vauchel Camus, skipper de Solidaires en Peloton ARSEP, pointait en tête des Multi50. Le Malouin comptait 20 miles d’avance sur Gilles Lamiré à la barre de La French Tech Rennes Saint-Malo.

Derrière, à 25 miles, on retrouve Erwan Le Roux et son Fenetrea Mix-Buffet. Armel Tripon suit à 36 miles sur Réauté Chocolat.

Thierry Bouchard place son Ciela Village à la 5ème place du classement provisoire à 52 miles du leader.

On relèvera le parcours d’Armel Tripon qui a réussi un joli coup en choisissant de partir au Sud et en parvenant à s’extirper des côtes portugaises.

Lalou, l’autre Sudiste des Multi50, aura quant à lui fort à faire pour remettre le trimaran Arkema dans le jeu car il compte désormais 285 miles de retard.

 

Cela dit, il ne faut pas se focaliser sur les classements officiels pour le moment car ceux-ci, calculés sur la route directe, privilégient mathématiquement les nordistes. Lalou est donc reparti ragaillardi du port de Porto où il avait choisi de faire escale pour échapper à la tempête installée sur cette zone de l’Atlantique.

 

Fabienne Roucayrol, team manager, explique les choix du Team :

« Nous avons choisi de nous arrêter parce que nous avons pensé que c’était le mieux pour la course. Si cela avait remis en cause le potentiel de performance de Lalou, nous ne l’aurions pas fait. En fait, nous avions le choix entre passer 15 h dans la tempête, en prenant le risque de casser, ou se mettre à l’abri. C’est ce que nous avons considéré qu’il était préférable de faire. Ne pas prendre de risque inconsidéré et garantir la course.

Certes Lalou repart en queue de classement mais il a pu se reposer et le bateau est intact. Physiquement, les autres ont dû dépenser énormément d’énergie pour naviguer dans ces conditions. Alors oui, Lalou sait qu’il va devoir aller les chercher et c’est ce qu’il va essayer de faire en donnant tout. Il reste 2 800 miles (plus de 5 000 km) jusqu’à Point-à-Pitre. C’est encore loin. »

 

 

06/11/18 :

En tête des Multi50 sur la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, Lalou Roucayrol a préféré mettre son trimaran Arkema à l’abri dans le port de Porto, compte-tenu des conditions météo.

Après 1 jour et près de 20 h de course, Thierry Bouchard à la barre de Ciela Village occupe la tête du classement provisoire. Il est suivi par Thibault Vauchel Camus, skipper de Solidaires en Peloton ARSEP. Les écarts entre les bateaux sont minimes. Le gros du peloton navigue plus au nord, le long de la ligne la plus directe. Lalou, de même qu’Armel Tripon, skipper de Réauté Chocolat, sont nettement plus au sud, le long des côtes portugaises.

 

Fabienne Roucayrol, team manager, explique la décision de se rendre à Porto :

« Ce qui a été décidé avec Lalou cette nuit, c’est que l’on fait un petit stop à Porto au Portugal, le temps de laisser passer la tempête qui arrive là. On protège le bateau, on protège le bonhomme, on laisse passer le coup de tabac. Et ça repart une fois que les conditions sont redevenues acceptables.

On savait depuis longtemps que cette tempête allait arriver. On ne connaissait pas exactement sa puissance ni tout à fait sa route mais plus les jours passaient, plus ça se précisait. Et le scénario de l’arrêt avait été largement discuté en amont. »

 

 

05/11/18 :

Bon départ pour Lalou sur cette 11ème Route du Rhum - Destination Guadeloupe. Le skipper d'Arkema a fait fumer les foils de son trimaran ! Après 20 heures passées sur l'eau, il pointe en tête de la flottille des Multi50.

 

Une course contre la montre est engagée alors que l'on annonce l'arrivée prochaine d'un coup de tabac à l'entrée du golfe de Gascogne. Une tempête qui s'étire sur près de 2 000 kilomètres de La Corogne en Espagne à l'Irlande avec à l'intérieur des vents de plus de 100 km/h et des creux de 8 mètres !

Rappel des faits : 

14/11/18 : chavirage du Multi50 Arkema de Lalou Roucayrol à 7h30 (TU) , engagé sur la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, à 1000 milles de Pointe-à-Pitre en Guadeloupe. 

 

15/11/18 : le remorqueur « Lady Debbie » quitte la Martinique avec Quentin Vlamynck à son bord. 

 

16/11/18 : Pierre Antoine (Olmix), leader dans sa catégorie en Rhum Multi, s’est dérouté pour porter assistance à Lalou Roucayrol. Après trois tentatives, Lalou est secouru et embarque à bord d’Olmix.

 

18/11/18 : Transbordement réussi de Lalou Roucayrol à bord de « Lady Debbie ». Pierre Antoine et Olmix continuent la course en direction de Pointe à Pitre tandis que « Lady Debbie » se dirige vers la zone de chavirage du trimaran Arkema.

 

21/11/18 : Le remorqueur Lady Debbie a retrouvé le trimaran Arkema, en pleine mer, à l’endroit ! Le trimaran remorqué est attendu entre le 30 novembre etle 4 décembre à Pointe-à-Pitre.

 

27/11/18 : Après 6 jours en remorque, et couvert 875 milles nautiques à la vitesse moyenne de 6 noeuds, Arkema arrive à Pointe-à-Pitre.

Revivez le départ de la course en vidéo

Facebook Live le 31 octobre, avec Lalou Roucayrol

À quelques jours du départ de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe, Lalou Roucayrol a répondu aux questions des internautes lors d'un Facebook Live, le 31 octobre dernier.

 

Une préparation intense

Lalou Roucayrol et le Team se sont longuement préparés pour cette édition 2018 de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe : préparation physique, mentale, mais aussi préparation du bateau, avec des améliorations depuis la saison précédente.

 

Retrouvez les différents aspects de cette préparation en vidéos.

 

« On a tout fait pour être dans les meilleures conditions pour cette Route du Rhum »

 

« C'est la course qui m'a donné la passion du multicoque et d'en faire mon métier »

en
Contact

Vous cherchez une information technique ? Vous avez besoin d’un devis ? Vous souhaitez recevoir des informations sur un événement en particulier ?
Les équipes du groupe Arkema sont à votre disposition pour toute demande de renseignement.

 

Sélectionnez la thématique qui vous intéresse :