Quel est votre parcours ?

J’ai débuté dans la Marine nationale en tant que mécanicien soudeur pendant 8 ans. Ensuite, j’ai effectué 7 ans de prestation de service dans le contrôle non destructif et l’inspection. Puis j’ai intégré le poste d’inspecteur technique à La Chambre en 2011.

Quel est l’enjeu du poste ?

Nous sommes en quelque sorte les experts de l’état des appareils. Nous devons prévenir les risques à l’homme et au bien, rapporter de leur état et se placer en conformité avec les réglementations et les normes internes et externes à l’entreprise.

Quelles sont les compétences requises pour le poste ?

Il faut bien connaitre les normes, les méthodes de contrôle, les matériaux et leur résistance, maitriser le soudage et la chaudronnerie mais aussi l’outil informatique…

Concrètement, à quoi ressemble votre quotidien ?

J’effectue des visites réglementaires, des réunions sur les projets, je réponds aux questions de nos interlocuteurs car nous sommes souvent la mémoire des usines, j’applique les procédures et je valide des cahiers des charges. Le travail de terrain est indispensable, mais formaliser les choses vues sur le terrain prend beaucoup de temps, c’est pourquoi je passe 80 % de mon temps de travail au bureau.

Ce qui vous plait dans le poste ?

J’apprécie l’autonomie dans mon travail et l’indépendance que nous avons dans nos prises de décisions. Par ailleurs, la multiplicité des disciplines permet de varier les tâches et de ne pas forcément faire tous les jours la même chose.

Les défis que vous aimez relever ?

Les périodes d’arrêt d’usine sont les plus intéressantes. Il faut s’investir car l’activité est toujours assez dense, et il faut avoir l’œil critique. La rédaction de rapports est aussi très intéressante. Il faut réussir à décrire une situation, faire passer des messages, être pédagogique...il faut se dire qu’à chaque rapport, celui-ci sera lu par des collaborateurs aux métiers bien différents (exploitants ou mainteneurs) ou  il sera utilisé bien des années plus tard comme un témoignage du passé.

Quels sont vos projets de carrière après ?

J’aimerais obtenir une validation des acquis Licence professionnelle, puis une équivalence Bac +5 afin de prendre la responsabilité d’un service.

Ce que vous appréciez chez Arkema ?

Dans la communauté des inspecteurs Arkema, on se connait tous, et il n’est pas rare que l’on s’entraide. D’autre part, j’ai le sentiment d’avoir toujours été soutenu par la Direction Technique, ce qui est très profitable.

Un souvenir particulier lié à votre poste que vous souhaiteriez partager ?

Ma première expertise lors de mon embauche a permis d’anticiper une dégradation majeure. Elle aurait pu coûter près d’un million d’euros !

Une qualité et un défaut ?

L’engagement dans le travail. Et je manque parfois de patience.

Contact

Vous cherchez une information technique ? Vous avez besoin d’un devis ? Vous souhaitez recevoir des informations sur un événement en particulier ?
Les équipes du groupe Arkema sont à votre disposition pour toute demande de renseignement.

 

Sélectionnez la thématique qui vous intéresse :